Nombre total de pages vues

jeudi 2 mars 2017

Thierry Dedieu pour ministre de la Culture!

Thierry Dedieu.

Thierry Dedieu est un auteur-illustrateur jeunesse de qualité et prolifique. Près de 175 titres à ce jour, 174 précisément, dans toutes les tranches d'âge, qu'il signe le plus souvent d'un simple DEDIEU, en tant qu'auteur, illustrateur ou les deux à la fois. D'accord, il a commencé en 1992 avec "Cocottes perchées", illustré par Katy Couprie (Le Sourire qui mord),  "Petit soldat Noël" (Albin Michel Jeunesse), "L'As de pique" et "Nicolas II prince de Coatie", avec Rémi Courgeon (Circonflexe). Depuis, il n'a plus cessé de travailler et de publier. Souvent plusieurs livres par an. Il suffit donc de faire le compte...

L'année 2017 est bien partie avec deux titres déjà parus et trois autres annoncés.

"Si j'étais Ministre de la Culture" (HongFei, 48 pages) qui sort aujourd'hui en Europe est né à la fin de l'année dernière au Québec. Le texte est de Carole Fréchette, auteure dramatique née à Montréal. Thierry Dedieu y a posé des images aux teintes souvent sombres. Elles montrent des personnages aussi expressifs qu'inquiétants. Sont d'autant plus fortes qu'elles couvrent les doubles pages de ce grand format (27 x 36 cm) à la couverture  semi-rigide d'un orange bien visible.

Thierry Dedieu explique sa démarche, son "engagement dans la campagne".
"En 2014, lors de la campagne électorale québécoise, Carole Fréchette, dramaturge, publie une lettre ouverte: "Si j'étais ministre de la culture". Et c'est Gilles Baum, qui me la fait découvrir.
D'emblée, j'ai trouvé la démonstration "fulgurante". Je me devais de promouvoir sa diffusion, il fallait que ce texte entre dans les écoles, les mairies, les têtes. Aussitôt je contactais son auteure, aussitôt je trouvais un éditeur.
La première édition de ce "manifeste" a été publiée au Québec fin 2016, par les éditions D'eux.
Le voici publié en France par les éditions HongFei dont je salue l'engagement."

L'album s'ouvre par le rappel de la phrase célèbre attribuée à Winston Churchill à qui il était demandé, pendant la Seconde Guerre mondiale, de couper dans le budget des arts au profit de l'effort de guerre. "Mais alors pourquoi nous battons-nous?", aurait-il répondu.

La parole est ensuite donnée à la Ministre de la Culture potentielle, qui demande des crédits à son gouvernement et s'entend répondre par ses collègues qu'il y a des urgences plus prioritaires: la santé, l'équipement, l'économie, l'armée. On connaît la chanson...

La ministre de la Culture partage son idée à ses collègues. (c) HongFei.

Mais où l'album devient très intéressant , c'est quand la ministre, qui ressemble un peu à Jackie Kennedy, use d'une nouvelle tactique. Elle décrète sur-le-champ "la tenue de "journées sans culture", journées où toute activité artistique, toute manifestation de vie culturelle, serait absolument interdite." Pan dans les dents!

Fini la musique. (c) HongFei.

Les pages suivantes montrent l'étendue des dégâts à envisager quand il n'y a ni musique, maestro seul à son pupitre, jazzmen sans instruments, ni cirque, chapiteau fermé, ni danse, petits rats écroulés sur eux-mêmes, ni télé ni guignol mais des bébés hurlants, ni écrans ni internet mais des ados déprimés, ni musées puisque les tableaux sont retournés, ni livres bien entendu. Et ainsi de suite. Ni architecture ni œuvres d'art visibles. Et pour tous, un seul modèle de vêtement, de voiture.

Le texte de Carole Fréchette est d'une sobriété exemplaire et les illustrations de Thierry Dedieu très éloquentes dans leur choix d'attitudes des protagonistes et de détails des scènes. Ses personnages proches de la caricature occupent magnifiquement les fonds de couleur dont les teintes varient de page en page.

Fini le guignol! (c) Hongfei.

"Combien de temps dureraient ces journées sans culture?", interrogent les auteurs qui apportent une réponse rassurante car humaine. Ouf, on n'est pas encore des robots! Mais la privation demeure un bon moyen de calculer l'importance des choses. Un album engagé mais pas du tout casse-pieds, bien au contraire, ouvrant à la discussion, pour tous à partir de 8 ans. Une affiche-manifeste à détacher et afficher figure sous le rabat final. Ce serait chouette si elle pouvait être téléchargée quelque part.

Un lien pour une vidéo à propos de l'album ici.




L'autre album de Thierry Dedieu, paru cette année, tout début janvier, en grand format aussi (23 x 33 cm), est l'excellent, poignant, "D'entre les ogres", avec un texte de Gilles Daum (Seuil Jeunesse, 40 pages), neuvième collaboration du duo. C'est l'histoire d'un ogre qui découvre un bébé abandonné dans la forêt et décide avec son épouse de prendre soin de la petite fille baptisée Blanche, avec en filigrane la question: un ogre et une ogresse peuvent-ils devenir un père et une mère?

L'illustrateur en parle comme de l'un de ses trois livres préférés:
"Parmi mon importante production qui avoisine les 175 livres, il est celui qui entre directement dans le trio de mes livres préférés.
C'est l'histoire d'un couple d'ogres qui recueillent un enfant abandonné.
Toute personne dont la profession commence par "psy" va adorer!
Pour ma part, c'est bien simple, il me bouleverse."

"D'entre les ogres" commence dans la peur. Un bébé pleure dans son panier au milieu de la forêt et c'est un ogre qui s'en saisit. Mais on est tout de suite rassuré. On croit l'ogre et l'ogresse, en mal d'enfant depuis deux cents ans, quand ils disent qu'ils vont l'élever. Ils seraient même beaux malgré leurs oripeaux et leur crasse. Thierry Dedieu les représente magnifiquement, inquiétants et rassurants à la fois, silhouettes sombres évoluant sur des fonds clairs. Blanche est bien tombée: elle devient la reine de la chaumière. Rien n'est trop beau pour elle. A ses yeux, les ogres sont ses parents.

Personne ne contredit Blanche. (c) Seuil Jeunesse.


Ajouter une légende
Sauf qu'en grandissant, la petite fille se demande un jour pourquoi ses parents ne mangent pas la même chose qu'elle et, tant qu'elle y est à les questionner, pourquoi elle ne va pas chasser la nuit avec eux. La situation devient embarrassante pour les ogres qui décident la rendre la petite au village. Mais comment se résoudre à quitter Blanche? L'ogre sera capturé, jugé, condamné à l'échafaud. La jeune fille qui assiste aux scènes comprend soudainement son passé. L'amour qu'elle a reçu ne peut s'effacer. Elle va méduser le village rassemblé par son initiative audacieuse, qu'elle fait sans peur. Parce qu'elle sait qui est sa famille.

Un très bel album sur les parents apparemment différents, la famille et l'amour parents-enfants. A partir de 6 ans.



Les trois albums de Thierry Dedieu à paraître en 2017 sont
"Météo marin" (Seuil Jeunesse, collection "Bon pour les bébés")
"L'empereur, sa femme et le petit prince" (Seuil Jeunesse, collection "Bon pour les bébés")
"Bob & Marley, les vedettes" (Seuil Jeunesse)

Ce qui nous fera alors 177 titres!


L'an dernier, en 2016, on avait eu, en ordre de calendrier décroissant.

"Les bonshommes de neige sont éternels"
Seuil Jeunesse

L'amitié entre un écureuil, une chouette, un hérisson, un lapin et un bonhomme de neige.

"Le totem"
avec Gilles Daum
Seuil Jeunesse
lire ici

"Bon appétit"
Seuil Jeunesse

Les plats préférés des petits: purée, lettres vermicelles, jambon...

"Bob & Marley, une partie de pêche entre amis"
et
"Bob & Marley, le monstre"
avec Frédéric Marais
Seuil Jeunesse

Deux ours super copains: Bob, petit, grognon et gaffeur, Marley, grand, câlin et farceur.

"Le corbeau et le renard"
La Fontaine
Seuil Jeunesse

Monsieur de La Fontaine pour les bébés.
"Le caillou"
Seuil Jeunesse
lire ici












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire